Comment se préparer à l’effondrement ?

Comment se préparer à l’effondrement ?

Une fois acquise la certitude que le monde de demain sera très différent de celui d’aujourd’hui, une question nous taraude tous. Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? C’est une des questions les plus complexes mais aussi les plus motivantes de la collapsologie. Complexe car nos décisions, nos choix, dépendent de la façon dont nous avons compris l’effondrement ! Car personne n’en aura la même vision.

Si vous n’avez aucune idée de ce qu’est l’effondrement, avant de lire ceci, faites un tour là: Pourquoi tout part en cacahuète ?

Certains pensent que l’homme se montrera profondément égoïste au moment où il sera surprit par des événements soudains. C’est alors qu’il cherchera, par tous les moyens un moyen de subsistance pour lui et ses proches. Ce sera alors la loi du plus fort, du plus malin et surtout, chacun pour sa peau. C’est plus ou moins la vision du survivaliste. Son plan sera de se préparer un pied à terre à l’abri de tous avec des moyens de survie. Il considérera par défaut tout étranger comme une menace potentielle à sa survie et tentera de s’en protéger.

Extrait du film “la route”. Un père et son fils, du danger, des armes, du bric à brac. Vision caricaturée de notre culture cinématographique au survivalisme.

D’autres, au contraire, pensent que les êtres humains, devant l’épreuve, se serreront les coudes, s’auto-organiseront en communautés. Devant l’effondrement ils réaliseront l’ampleur de la tâche à accomplir et, une fois passés une première crise dans laquelle l’urgence sera de trouver comment répondre aux besoins les plus vitaux, la vie reprendra son cours avec un chemin différent de celui que nous connaissons aujourd’hui.

D’autres encore imaginent que nos politiques s’adapteront, tels les gouvernements de crise en mode économie de guerre que nos arrières grands-parents ont connu pendant la seconde guerre mondiale. Des grands plans de réorientation économique, stratégique, industriel, mise en place de rationnement, etc.

Ces visions du futur sont toutes différentes les unes des autres, et elles répondent premièrement à notre ressenti, qui lui-même dépend – et alimente, notre imaginaire. Il y a encore bien d’autres visions, et bien malin celui qui arrivera à prédire ce qu’il va se passer. Car c’est intimement lié à la façon dont notre civilisation va s’effondrer.

Sera-ce une crise majeure qui va entraîner, par boule de neige, un effondrement systémique qui conduira à un arrêt de notre économie, nos institutions, notre approvisionnement en carburant et nourriture en seulement quelques mois ou semaines ? Ou sera-ce une succession de crises qui vont entraîner un profond changement de société qui ne sera visible que sur une décennie ou plus ? Ou un mixe des deux ? Personnellement je n’ai pas de réponse, seulement des intuitions. D’où la complexité de la chose.

Une transition motivante

Même si nous ne savons pas comment, ni quand, nous savons à peu-près pourquoi. Donc nous avons une certitude ancrée en nous qui nous dit de nous préparer. Mais nous préparer à quoi ? Nous savons par exemple que nos sociétés sont très fortement shootées aux énergies fossiles et carbonées comme le gaz, le pétrole, le charbon… Mais aussi à la technologie, elle-même dépendante de l’énergie. Sans devoir dire que nous devrons tirer un trait sur l’ensemble de ces choses, il est certain que notre mode de vie tel que nous le connaissons ne pourra survivre à la fin de ces énergies bon marché.

J’ai tendance à me croire pragmatique, et la meilleure des réponses que j’ai trouvé à la question de: “à quoi nous préparer?” a été de chercher les questions essentielles. Cela peut paraître un peu simpliste, mais la question la plus basique est aussi la plus importante: De quoi avons-nous besoin pour vivre ?

Vous devez certainement connaître la pyramide des besoins de Maslow. Elle est un bon point de départ pour notre réflexion.

Sa lecture est simple. Du bas vers le haut, nous trouvons les éléments les plus “importants”, sans lesquels nous ne pourrons pas atteindre le sommet de la pyramide, l’accomplissement personnel, signe d’une personne que nous pourrions considérer comme heureuse, en pleine santé mentale.

Lorsque nous imaginons la transition, notre cerveau peut nous polluer d’idées mauvaises et improductives. Au lieu de se concentrer sur ce qui est réellement important, vous risquez peut-être de penser à tout ce que vous pourrez perdre. “Aïe, plus de smartphone, d’Internet, de console de jeu, de ski, de jolie voiture, de vacances en Australie, de Weekend à la campagne, de séances de shopping, de fast-food, etc. ?”

Pour tous les exemples cités, dans quel étage de la pyramide pourriez-vous les placer ? ha… Question difficile. Quand on réalise que beaucoup de nos désirs sont difficilement catégorisables et en réalité ne participent pas à la quête de notre bonheur. Oui, je vais le dire. Notre mode de vie est devenu tellement superficiel que nous avons perdu pieds. Notre recherche du bonheur est souvent attaché à ce que nous pouvons consommer, et c’est une énorme erreur à laquelle notre société consumériste a réussi à nous rendre dépendant.

Imaginez un instant que vous vous soyez perdu en forêt. Vous marchez pendant des heures ne sachant où aller, et vous avez besoin de dormir. Plus que tout, vous avez faim, et vous avez froid. Imaginez à cet instant la joie que vous pourriez ressentir en réussissant à trouver une proie et à la faire cuire à la chaleur d’un feu qui vous ressourcera également ?

Pour la transition, c’est identique, et c’est en cela que je puise ma motivation. Retrouver dans mon assiette des denrées que j’aurais moi-même fait pousser, réussir à faire vivre ma famille avec… C’est déjà le quotidien et le bonheur partagé que parfois nous n’arrivons pas à comprendre. Vous n’avez jamais vu, parmi vos collègues ou vos voisins, une personne débarquer avec une cagette de légumes, aussi fier de pouvoir vous donner le fruit de sa récolte, comme s’il vous présentait son dernier rejeton ? Et vous, de façon pratiquement désabusée “bah ce sont des légumes quoi. Non ? Ils ont quoi de spécial ?”. Eh bien ce qu’ils ont de spécial, c’est que votre voisin, ami ou collègue vient de retrouver un lien à la terre, une certaine forme de pouvoir sur sa propre existence, avec une chose simple. Ces simples légumes, s’ils n’ont plus rien à voir avec les besoins vitaux physiologiques dans notre société, l’ont propulsé tout en haut de la pyramide des besoins. Avec 3 tomates et une courgette !

Effondrement ou pas, de toute façon, mon épouse et moi-même avions déjà décidé de nous désintoxiquer de toute cette superficialité. C’est donc moins dans la crainte du futur que nous entamons notre démarche mais bel et bien avec l’espoir d’un meilleur avenir pour nous.

Concrètement, on fait quoi maintenant ?

Tout dépend de votre attente. les individus qui composent une société, qu’elle soit actuelle ou que nous parlions de l’après, sont tous différents. Les réponses à nos besoins physiologiques, de sécurité ou sociaux sont tous différents les uns des autres. Pour notre petite famille, cela prend la forme d’un retour à la campagne, pour recréer une certaine forme d’Eden. Mais ce n’est pas une solution valable pour tous car c’était déjà notre plan avant notre prise de conscience de l’effondrement. Nous l’avons simplement adapté à cette réalité future.

Tout dépend donc de vos attentes, mais aussi de votre contexte social, familial, géographique et professionnel. La transition ne doit pas se faire en négligeant qui vous êtes, elle ne doit être ni stressante, ni angoissante, mais motivante. Personne ne pourra apporter de réponse à votre place sur ce qui sera un bon choix pour vous et vos proches.

Aller avouez, vous y avez tous pensé ! Bha après tout… La petite maison dans la prairie, pourquoi pas ?! 🙂

Imaginez que vous habitiez en banlieue d’une grande agglomération par exemple. Vous avez un jardin fleuri, vivez dans une maison des années 80, votre famille et vos amis habitent non loin. Quelle serait l’utilité pour vous de changer radicalement de vie et d’aller s’isoler à la campagne si ce n’est pas votre souhait? Peut-être n’auriez vous pas besoin de grand chose, comme créer un jardin potager (300 m² suffisent pour nourrir une famille de 4 personnes), isoler correctement votre maison pour ne pas avoir froid l’hiver, et trouver un autre moyen que le gaz ou l’électricité pour vous chauffer et faire votre nourriture, et alors vous aurez l’esprit suffisamment libéré en ayant préparé votre famille à affronter l’avenir, proche de ceux que vous aimez.

Si vous êtes en plein centre ville d’une agglomération moyenne, et que vous êtes impliqués dans votre communauté, que ce soit au travers d’une action politique, citoyenne ou associative, vous pourriez tout à fait participer au mouvement des villes en transition, à cultiver un lopin de terre partagé avec vos voisins de quartier.

Mais si vous avez ce qu’on appelle communément un “bullshit-job” comme le capitalisme a aimé en créer par milliers et que vous rêvez de nature, vous pouvez tout aussi bien faire comme nous l’envisageons.

Tous ne seront pas non plus obligés d’avoir à cultiver un jardin et le maraîchage n’est pas la seule voie logiquement envisageable ! Il y a tant de compétences qui peuvent s’avérer utile dans l’avenir. Si vous êtes passionnés de chevaux, sachez que la traction animale revient en force avec le talent d’ingénieurs qui passent leur temps à étudier des moyens de transport différents de ceux de nos ancêtres car largement améliorés. Alors qu’il y a un siècle nous pouvions trouver des gens à même de s’occuper de ces bêtes dans toutes les villes et villages, demain ce seront des compétences recherchées !

Vous pourriez travailler dans la santé, la protection civile, la construction… Tout ce que vous êtes, fait que votre histoire ne sera pas forcément celle de votre voisin, et c’est comme ça que s’écriront les pages de notre avenir ! Avec votre diversité, vos talents, vos passions, bref, vous.

Ok, très utile tout ça, mais toujours pas de concret !

Patientez. Dans les jours et semaines qui viennent, des articles bien plus pratiques arriveront. Il me faut le temps de rassembler les idées, les sources, et de les écrire. Sera publié sous peu un article qui restera central sur ce site. Une page qui recensera la quasi-totalité des questions pratiques (et qui s’agrémentera des remarques de beaucoup je l’espère). Mon objectif sera de répondre à chacune des questions posées dans des articles dédiés. Le fil conducteur sera notre projet personnel de construction d’un éco-habitat. Il se pourrait qu’il ne convienne pas à tous, mais il pourra certainement apporter des réponses utiles. Comment se nourrir, se chauffer, où habiter, quelles technologies employer ? Ce sera un guide pratique de bons conseils que je publierai au fur et à mesure. Cela nous servira principalement de guide pour préparer sereinement notre transition, en mode projet. Pour favoriser l’échange, un forum sera mis en place. Sachez que je me suis déjà entouré de personnes très compétentes dans bien des domaines, et si vous vous sentez motivés pour m’aider, vous êtes le bienvenu.

35 réactions au sujet de « Comment se préparer à l’effondrement ? »

    1. Bonjour. Je vis en couple et j’ai un enfant. Je pense que la théorie de l’effondrement est le scénario le plus plausible. Mon compagnon n’y croit ! Je veux participer à la réorganisation de notre société en me rapprochant de personnes comme vous qui anticipent pour se donner une chance de voir grandir leurs enfants dans un monde nouveau, certes mais pas forcément hostile ! Je vais devoir le faire seule ( en m’éloignant peut être de mon compagnon ) mais je sais que ce sera à la campagne car j’y vis déjà. Je veux préparer un endroit ou à plusieurs bonne volonté , on pourra vivre simplement et accueillir ceux qui veulent participer. Je vais suivre votre aventure, m’en nourrir et je vous tiendrai au courant de la mienne !
      Merci beaucoup ! A bientôt !
      Estelle

      1. L’effondrement ne sera peut être pas un événement soudain. Mais une succession de crises qui vont nous mettre de plus en plus la tête sous l’eau. Apprendre à être résilient est une bonne chose. Et on a beaucoup de possibilité. L’essentiel, lorsque l’on habite à la campagne, peut s’acquérir assez facilement. Nourriture, eau, et chauffage. Mais ne pas oublier que la structure familiale est extrêmement importante. Votre conjoint n’y croit peut être pas, mais tout dépend de comment les choses lui ont été présentées. Ceux qui “découvrent” cette théorie de façon subite passent par un choc qu’ils transmettent aussi à leurs proches, de façon plus ou moins maladroite, ce qui peut avoir pour conséquence de les fermer plus que de les ouvrir à la question. Je ne peux pas rester insensible à la question de la séparation. C’est votre histoire et je ne m’en mêlerai pas, mais que votre volonté de vous préserver d’un future très probablement sombre ne vous coûte pas votre couple. Ce serait dommage pour vous et votre enfant.

  1. Bjr. Bravo et merci pour l’initiative! Je vais vous suivre et si jamais je peux apporter une quelconque aide, ce sera un plaisir. Nous vivons à la campagne, nous sommes propriétaires et la question pour nous est plutôt de savoir si nous gardons notre maison en visant à être totalement autonome ou si nous partons construire (ou rejoindre) un eco-lieu ? Le projet de La suite du monde est intéressant ( https://www.lasuitedumonde.com/ ) . A bientôt de vous lire et bonne continuation.

  2. Bonjour et merci pour ces informations intéressantes.
    Nous vivons à la campagne dans une maison et la question qui me turlupine le plus est; pourrons nous garder notre maison ? Sachant que nous sommes en Suisse…. Il serait probable que suivant comment les choses tournent, nous ne soyons plus en mesure de payer notre loyer à la banque et que celle ci nous la reprenne. Quel intérêt de se préparer dans sa maison si celle ci nous est reprise?

    1. Suivant comment les choses tournent, comme vous le dîtes, il n’y aura peut-être plus de système bancaire pour vous reprendre quoi que ce soit. Je suis dans votre cas, et dans le même cas que des millions de personnes qui ont acheté leur maison à crédit. Tout dépend du ” degré ” d’effondrement et sa durée. Difficile de prévoir ce genre de chose. Je suis comme beaucoup : dans le flou total. En espérant que ce site nous aide à y voir plus clair.

    2. Je m’avance peut-être, mais à priori, si un effondrement écologique se traduit également par un effondrement boursier, assureurs et banquiers seront en faillite…
      Je ne pense pas que des huissiers se présenteront chez vous, pour saisir votre bien et vous expulser. Nous entrerons dans une période chaotique qui durera certainement plusieurs mois. Est-ce que l’état nationalisera certaines banques ? Comment se passera l’approvisionnement en eau, en riz, en biscuits nutritionnels … Il s’agira surtout de trouver de l’eau potable et un minimum de calories et de nutriments essentiels dans la nature pour vivre. Mais, vous pourrez rester sous votre toit. Lorsque vous observer des catastrophes naturelles comme celle de Fukushima, ou autres tremblements de terre… L’électricité n’est pas coupée pendant longtemps, les gens se rassemblent et s’organisent pour subvenir à leur besoin. Les ouragans qui dévastent des zones habitables… c’est sans doute ce genre de scénarios que nous seront de plus en plus fréquents et auxquels nous régulièrement confrontés, ici et là, (pas partout à la fois). Sauf quand le carburant ne sera plus acheminé, voire l’électricité coupée ou rationalisée… Alors, il faudra redécouvrir l’économie locale et le potager 😉 Tout cela reste assez flou, et improbable… mais je ne pense pas que le problème viennent du fait qu’on saisirait votre maison. En espérant que tout cela ne soit qu’une mauvaise fiction ! En tout cas, il n’est jamais trop tôt pour se fournir un épurateur d’eau de pluie, et une éolienne… sans parler du potager 😉 Si des petits villages s’organisent bien, ils seront plus vivables que les villes vivant au ralenti et devenant dangereuses.

  3. Bravo, c’est fort intéressant et cela nous permet d’avancer dans nos réflexions. C’est surtout un message très positif car il présente des options. Je vais vous suivre avec intérêt.

  4. Salut ! je suis arrivé par le groupe de la collapso heureuse, superbe initiative et beau travail ! je vais continuer à farfouiller sur le site pour voir comment ça évolue !
    à plus =)

  5. Merci. Parceque depuis cet été j ai réalisé où nous en sommes , l état de la planéte , son avenir , le manque d eau à venir , le pétrol ,le réchauffement, l effondrement de la civilisation, …enfin , que de belles perspectives pour nous et surtout nos enfants. Jusque là je n étais pas vraiment dupe mais j avais peur de creuser pour m informer. Et oui parcequ aprés il faut continuer à vivre. Aprés une longue phase de déprime, j ai décidé de tout changer mais quand onvit en couple avec des enfants, pas si simple. Et puis ça ne se fait pas du jour au lendemain .Bien évidemment ,au quotidien je me rapproche un peu plus chaque jour du zéro déchet , même si j en suis encore loin…, nous avons baissé notre consommation de viande , je trouve des solutions pour économiser l eau et bien d autres choses encore et je débute dans quelques semaines un stage d introduction à la permaculture en prévision d arréter mon boulot dans maximum 1 an 1/2 pour tenter d avoir une autonomie alimentaire au moins concernant fruits et légumes. Pour l équipement de la maison, on y réfléchit encore. Mais surtout , tenter de survivre, c est bien ,mais sans esprit de communauté ça n a aucun sens. Alors merci pour ce site que j ai survolé à l instant par manque de temps mais que je vais consulter dans ses moindres détails et tenter moi aussi peut être de vous apporter quelques idées.

    Laurence

  6. Bonjour,
    Superbe projet qui donne vraiment envie. Vous vous posez les bonnes questions et je suis sûr que vous allez cartonner.
    Autoconstructeur de 30 ans je partage vos idées et souhaiterais pouvoir vous apporter mon soutien (Cf message sur Messenger).

    Le survivalisme c’est vivre dans la peur, la collapsologie c’est vivre dans la confiance. Et c’est ce vers quoi la Terre nous mène, de grès ou de force.
    Bisous.

    Amaury

  7. https://g.co/kgs/erPw7f

    connaissez vous ?
    je recommande ….
    “Une autre fin du monde est possible”
    La situation critique dans laquelle se trouve la planète n’est plus à démontrer. Des effondrements sont déjà en cours tandis que d’autres s’amorcent, faisant grandir la possibilité d’un emballement global qui signifierait la fin du monde tel que nous le connaissons. … Google Books
    Date de publication originale : 18 octobre 2018
    Auteurs : Pablo Servigne, Raphaël Stevens, Gauthier Chapelle

    1. J’ai lu le premier “comment tout peu s’effondrer”, je suis à la moitié du second “l’entraide, une autre loi de la jungle”, puis j’ai d’autres lectures comprenant l’introduction à la permaculture de Bill Morisson, et après peut être… Si j’ai l’temps ! 😉

  8. super idée, je vais vous suivre pour en apprendre plus. Je n’en peux plus de cette consommation à outrance qui ne profite qu’à peu et qui en plus de nous dépouiller de notre argent, bien souvent, nous détruit la santé ! J’aimerais pouvoir suivre votre exemple et j’ai besoin d’apprendre beaucoup !

  9. Si l’effondrement ne m’inquiète pas vraiment,
    m’inquiète l’état de l’environnement quand on aura fini d’accélérer sa destruction.
    Sur ce sujet, il faut agir maintenant, car les dégâts sont irréversibles selon une échelle de quelques générations humaines.

    1. Ha, merci je vais aller voir. Dans le forum on va rajouter un truc pour les bonnes adresses et éventuellement en parler dans un article. On m’en a filé quelques unes déjà.

  10. Merci d’exister, et d’avoir créé ce site. Nous sommes certainement tous dans cette spirale de réflexion et avons sans doute tous besoin de nous concerter pour avancer.
    Je vius retrouve sur le forum.

  11. Merci pour votre initiative très positive. Je me sens en effet très seul avec cette prise de conscience devenue une évidence d’un effondrement prochain de notre civilisation.

  12. Très bien , s organiser , se rencontrer , cultiver …mais les ” Autres ” que vont il faire …au brésil certains ont la possibilités de cultiver leurs jardin mais ne le font pas car les légumes sont volées…

  13. Bonjour,

    je découvre aujourd’hui votre site, et je vais aller lire d’autres articles. Celui-ci est bien écrit et pas alarmiste, tout en étant très conscient. C’est ce que je recherche, après avoir passé une phase d’anxiété +++ il y a quelques années. Aujourd’hui, nous vendons notre maison, pourtant autonome et avec un très grand terrain, mais située en Guyane, et notre grande question c’est “où aller ?”. On ne veut pas être trop loin de nos familles, mais il faudrait une certaine altitude, pas de centrales nucléaires ou usines dangereuses, avec des points d’eau, … c’est compliqué. Faut-il créer une communauté ? En rejoindre une ? … Je vais de ce pas m’inscrire sur le forum !

    1. Merci pour le commentaire. Mais ne vous précipitez pas trop, j’ai mis l’écriture en sommeil, et le peu d’activité sur le forum fait que je l’ai mis un peu de côté également. Pour info, comment avez vous trouvé ce site ?

  14. J’ai fait un résumé des prophéties de Marie-Julie Jahenny sur notre futur proche, qu’en pensez-vous?
    Marie-Julie Jahenny (1850-1941).
    Il y aura trois crises : 1) Effondrement économique mondial, guerre civile et famine gigantesque. 2) Envahissement de la France par des destructeurs et meurtriers venant de l’Est, auxquels vont s’allier les étrangers mahométans vivant en France. 3) Passage d’un astre qui décimera la population mondiale. Puis un Roi pour la France.
    – Période actuelle, avant le début de la 1er crise.
    En France, n’attendez rien de celui qui règne comme roi et qui, aujourd’hui, est assis dans le même fauteuil que les autres, fauteuil qui ne porte aucune marque d’un pouvoir spécial et plus grand. Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté. Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier. N’attendez rien de ce côté, il ne mérite pas plus de respect que tout le reste. Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce qui est établi. Il n’y a pas de fermeté en lui, ils l’ont mené, ils l’ont dirigé. Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Le grand Monarque, futur Roi descend de la branche de Saint-Louis, cette sodome coupable ne le possède pas.
    Avant la 1er crise, l’Angleterre, la Perse (Devenue Iran en 1935), Jérusalem auront subi de grands maux. Pour la terre de Jérusalem : une lutte sanglante y sera déclarée.
    La grande révolution universelle sortira d’abord en France : c’est elle qui la première marchera dans l’abîme et qui en sortira la première.
    Loi autorisant le travail le dimanche. La France presque entière sera devenue « Mahomète » et sans religion. Il ne sera plus possible de renvoyer ces étrangers qui mélangeront la poussière de leurs royaumes à la terre de France. Pouvoir totalitaire avec son régime de justice expéditives des opposants, de surveillances, de dénonciations…Les tribunaux de justice seront changés en tribunaux d’injustice. Le parti fort sera celui de la victoire du mal. Les juges chrétiens seront remplacés. En plusieurs endroits Satan sera publiquement invoqué. Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution. Avant la guerre civile, les troupes françaises, qui ont la garde du pays, seront déployées en dehors de la France.

    – Première crise : Krach économique, guerre civile.
    La France sera en ce temps-là envahi par des peuples étrangers sans cœur et sans pitié, ce sont eux qui pilleront et brûleront Paris.
    Tous les ouvriers dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation les empêchant de se livrer au mal. Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi. Au mois de juin et de juillet sera le signal de la guerre civile. Les groupes d’ouvriers qui n’ont ni asile, ni refuge, envahiront les petites villes comme les grandes villes. Pendant la guerre civile la France sera divisée en deux parties. Les enfants de France vont devenir les enfants d’un autre royaume, malgré leur prétention de rester français. Ceux qui sont nouvellement entrés en France vont résider au Centre (Paris et alentours). L’autre partie (Bretagne, Normandie) sera l’endroit où, celui qui plus tard sera proclamé Roi des français, commencera la conquête. Ce sera lors de cette division que la France entrera dans la violence complète. Les gardiens de la paix traditionnels ne pourront plus circuler dans les villes. Ce sera le signal du pillage, d’une guerre civile terrible. De nombreuses personnes ne travaillant pas n’attendent que le signal.
    Quand le gouvernement verra ces bouleversements, il fera comme l’oiseau, il s’envolera et passera dans un autre pays. Et la France sera en pleine révolution. C’est à ce moment-là qu’il faudra fuir Paris.
    La mortelle crise révolutionnaire durera juste 4 semaines, mais l’étendue sera immense. Le nombre de ceux appelés meurtriers du peuple sera d’une immensité inconcevable. Lors de ces 4 semaines terribles, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, seront maîtres de la France. Dès la nouvelle du fatal événement, leurs oreilles ne seront pas sourdes. Pendant cette lutte première, dans toute la France, il y aura liberté pour tout. Il n’y aura plus de captifs emprisonnés pour crimes.

    – Deuxième crise : invasion de la France.
    Les troupes ennemies arrivent sur la France par l’Est. Ils iront sur Orléans, Paris, la Vendée. Ces étrangers, mélangés à ceux qui habitent en France, ne pourront pas conquérir la Normandie, ni la Bretagne malgré plusieurs essais. Envahissement de la France par d’autres étrangers qui vont s’unir à ceux qui dévastent tout et répandent la ruine la plus complète. La France sera envahie jusqu’aux portes de la Bretagne. La guerre civile et les épidémies feront beaucoup de victimes, surtout dans les grandes villes. Il y aura de graves et horribles maladies qu’on ne saura guérir. Il y aura des épidémies sur le midi, Valence, Lyon, Bordeaux et tout ce qui suit cette terre en venant vers le Centre (Paris et alentours). Très peu de monde pourra en réchapper. C’est surtout au Centre (Paris et alentours) que cette mortalité sera un fléau. La deuxième crise mettra le comble à toute chose et au peuple, n’échappera que celui qui trouvera un refuge obscur. Le peuple français n’ignorera plus son malheur. Il a livré son pays à l’emprise barbare. Dans leur plus grande partie, les français ne seront plus.

    – Troisième crise : passage d’un astre dévastateur.
    Les juifs, ce groupe perfide qui, maintenant, conduit les choses de la terre avec une décision et une iniquité qui n’a pas de nom. Ils périront misérablement sous les coups de ma colère ou sous l’envoi de nouvelles maladies. Je leur réserve de voir, de leurs yeux, l’astre que je ferai sortir du fond de l’exil, sous un épouvantable orage de feu et sous les signes de ma colère.
    Le jour commencera à croître, ce ne sera pas au fort de l’été, ni dans les jours longs, courts non plus. Ce ne sera pas à la fin de l’année, mais dans les premiers mois. Le froment en herbe ne sera pas au 3ème nœud de croissance. Quand par une froide nuit d’hiver, le tonnerre grondera à faire trembler les montagnes, alors fermez très vite portes et fenêtres. Persévérez 3 jours et 2 nuits. La nuit suivante la terreur se calmera. Après l’horreur de cette longue obscurité, avec le jour naissant, le soleil paraîtra.
    D’une masse de nuages rouge-feu, des éclairs dévastateurs zigzagueront, enflammant et réduisant tout en cendre. L’air se remplira de gaz toxiques, de vapeurs mortelles et de cyclones. Il y aura une pluie rouge qui restera coagulée sur ma terre pendant sept semaines. Il tombera sur la terre une pluie de sang qui fera sécher vos récoltes et la terre cette année-là ne produira rien. Les foudres du ciel se succéderont avec une violence rapide. Le feu de ciel parcourra la terre sur une largeur effroyable. Pendant 3 jours le ciel sera en feu. Le Centre (Paris et alentours) et ses demeures seront broyés par la violence du tonnerre. Les frémissements et tremblements de terre se multiplieront jour et nuit, sans cesser, pendant 43 jours. Pendant 3 années la terre ne produira plus rien. Pendant 2 ou 3 ans la France se ressentira de ces ruines et de ces misères profondes. La misère sera grande et le peuple éclairci. La France périra pas toute, mais beaucoup périront. La France sera sauvée avec un nombre d’habitants bien petit, les morts représenteront la moitié et la moitié de la moitié (3/4 de décès). La mer s’agitera et jamais de tous les siècles, ses vagues et ses flots n’auront pris une forme semblable (Il faut s’éloigner de 50 km des côtes). Toute la France, excepté la Bretagne, ne sera qu’un tombeau sans vie. Sur Paris seulement 88 survivants.
    Ce sera dans cette 3ème crise que viendra le salut : la venue du Grand Monarque. Avec son couronnement tous les maux finiront. Il descend du Roi et de la Reine martyrs. C’est un Roi caché afin que certains prétendants ne puissent l’assassiner. Pour ramener le Roi choisi, il faut que tous ceux qui sont à présent soient balayés.
    Marie-Julie Jahenny est décédée le 4 mars 1941. Elle a donné trois dates : 80, 83, 84. En additionnant l’année de sa mort, cela nous donne les trois dates suivantes : 2021, 2024, 2025 (Peut-être 2021 comme date du début des événements, 2024 la date du couronnement de ce Roi, Henri V, et 2025 la fin de tous les malheurs).
    http://www.marie-julie-jahenny.fr/les-propheties-pour-la-france.htm#_Veillez_et_Prier_!_

  15. Bonjour à tous,

    Je viens de m’inscrire sur le site suite a la vision de la serie « l’effondrement » diffusé sur canal plus.
    Elle m’a amené a m’interroger sur mes possibilités de survies et comment surmonter un tel choc …
    je vais donc lire plus en profondeur les publications et j’envisage de trouver un stage de formation a la survie … habitant Paris cette ville je le craint sera livré le cas échéant à un chaos agressive sans commune mesure… l’egoisme des parisiens nétant plus à prouver… et c’es sans jugement que je dis ces mots. C’est une triste réalité… merci pour cette initiative ! J’essaierai quand le temps,me le permettra d’apporter une pierre a cette edifice !

    1. Bonjour,
      Selon Marie-Julie Jahenny, seulement 88 survivants à Paris après les événements suivants : 1) Effondrement économique suivi de guerres civiles partout dans le Monde. 2) 3ème guerre mondiale, départ de Russie. 3)Passage extrêmement meurtrier d’une comète, qui mettra fin à la 3ème guerre mondiale.
      Sinon Paris et ses environs seront complètement détruits. Ci-après différentes prophéties sur le sort de Paris.
      Paris brûlé, détruit. D’après différentes prophéties concordantes ci-après, la ville de Paris sera pillée, saccagée, brûlée lors d’une révolution populaire, et ensuite complètement détruite par de grosses météorites enflammées tombant en pluie de feu sur la terre entière.

      Père Constant Louis Marie Pel (1878-1966) : Paris sera détruit par la Révolution. Envahissement de la France par des peuples venus de l’Est.
      Marie-Julie Jahenny (1850-1941) : Le feu du ciel tombera sur Sodome (Paris) et principalement sur cette salle de l’enfer (Palais-Bourbon) où se fabriquent les mauvaises lois. Marie-Julie Jahenny condamne la Chambre de l’Enfer (le Palais-Bourbon) où se font les mauvaises lois, stigmatisant spécialement la loi d’abomination. Il ne restera rien de ce foyer où se forgent les mauvaises lois, d’où l’on va achever la mort de la foi dans les âmes, d’où l’on va jeter la dernière souillure dans l’âme des enfants. Ô France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers. Parmi les suppôts qui doivent traverser notre Bretagne, il en est qui sont du dehors de la France et qui seront de la dernière qualité.
      Marie des Brotteaux (1773-1843) : Paris sera réduit comme Sodome et Gomorrhe.
      Séraphin de Sarov (1759-1833) : Paris sera complètement détruit. La France : 17 millions de Français avec sa capitale dans la ville de Reims. (Ce qui laisse supposer que la population française sera soudain amputée de 50 millions d’habitants, par rapport aux 67 millions actuels).

      Abbé SOUFFRANT (1755 – 1828) : Paris sera détruit. Paris sera traité avec une rigueur sans pareille, comme le centre des crimes et de la corruption. Paris sera détruit au milieu de toutes ces calamités, tellement détruit que la charrue y passera. Et je peux voir que la ville (Paris) sera rasée égale à la terre. L’abbé Souffrant annonce la révolution et l’invasion russe.
      Alois Irlmaier (1894-1959) : La grande ville avec la haute tour de fer (Paris) sera en feu. Mais cela sera fait par le peuple, pas par ceux qui venaient de l’Est.
      Mélanie Calvat (La Salette) (1831-1904) : Paris, foyer de la vanité et de l’orgueil. Paris sera brûlé et Marseille englouti, plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre. PARIS sera brûlé par sa canaille. Le feu du ciel foudroiera le Palais-Bourbon quatre-vingts fois en une seconde, les députés seront suffoqués, morts, grillés.
      La religieuse Joséphine Lamarine (1787-1850) de Damey en Lorraine. «C’était dans une grande ville, la foule allait et venait, mais dans tout ce monde, personne ne s’occupait de Dieu, tous ne pensaient qu’aux plaisirs sensuels. Soudain des ténèbres épouvantables couvrirent toute la terre, c’était comme une fumée brune, tirant sur la couleur du feu. Le gros nuage se divisa en quatre parties qui tombèrent à la fois sur la grande ville, et en un instant elle fut en feu. A ce spectacle terrifiant, la foule se mit à fuir comme pour sortir de la grande cité. Tout ce peuple était tellement épouvanté que les cheveux se dressaient sur la tête…Et alors un craquement que nulle langue ne peut rendre éclata. Personne ne saurait exprimer cet horrible fracas. Ces menaces regardent Paris». «L’éternité s’avance! Avec le drapeau rouge, les loups sont dans le jardin… Pauvre Paris, te voilà donc détruit!».
      Marie-Josèphe Levadoux (1832-1908). «Avertis mon peuple, et s’il ne tient pas compte de mes avertissements, Je le frapperai comme j’ai frappé Sodome et Gomorrhe. J’ai vu Paris rempli de sang! Des monceaux de cadavres! J’ai vu aussi au milieu d’une vaste plaine noirâtre, une borne sur laquelle était écrit: Ici était Paris».
      Benoît-Joseph Labre (1748-1783). «Paris sera détruit à cause de ses blasphèmes, une pierre n’y restera pas sur l’autre».
      Le R.P. Nectou écrivait en 1760: «Durant ce bouleversement épouvantable qui, parait-il, sera général, et non pour la France seulement, Paris sera entièrement détruit, non sans qu’il y paraisse des signes qui mettront les bons à même de s’enfuir; et sa destruction sera si complète, que vingt ans après, les pères se promenant avec leurs enfants sur les ruines et répondant à leurs enfants leur diront: il y avait là une grande ville mais à cause de ses crimes, Dieu l’a détruite».
      Marianne Galtier. «La grande prostituée sera détruite par le feu; l’Ange du Seigneur avertira les justes de Paris. Personne ne saura d’où est venu le feu. Tous les mauvais périront. Les malheurs de la France seront si grands que plusieurs en mourront de frayeur».
      Religieuse trappistine de Chemillé : «Je vis la capitale pillée, saccagée, brûlée. «Le tonnerre grondait toujours dans les airs d’une manière effrayante. Tout l’univers sera étonné d’apprendre la destruction de la plus belle, de la plus superbe ville! Je dis: superbe, par ses crimes; car je l’ai en abomination; c’est cette maudite Babylone qui s’est enivrée du sang de mes saints; elle veut encore le verser… Elle mettra le comble à ses horribles forfaits; et moi je lui ferai boire le vin de ma colère; tous les maux tomberont à la fois sur elle dans un seul instant. J’entendis un bruit effroyable, le gros nuage se divisa en quatre parties qui tombèrent à la fois sur la grande ville, et en un instant elle fut tout en feu. Les flammes qui la dévoraient s’élevèrent dans les airs, et de suite je ne vis plus rien qu’une vaste terre, noire comme du charbon».
      Marie des neiges Holgado née le 5 aout 1904 à Roncal, province de Navarre, en Espagne. À Tarbes en 1938 elle dépeint la vie superficielle de Paris qui mène à la fange du péché et du vice: «Rêver à Paris, écrit-elle, c’est se voir entouré de ténèbres de mort. Ce n’est pas un songe délicieux, c’est une bousculade incessante, c’est trébucher continuellement jusqu’à tomber dans le mal et finalement être précipité dans la damnation éternelle.
      Malheur à toi, Paris! Tes superbes avenues seront des sépulcres de mort. Pleure sur tes erreurs. Que va devenir ton orgueilleux Opéra? Un monceau de cendres, un rien… C’est l’éternel aboutissement des centres de corruption et de péché ».
      Conchita Mateos, l’une des voyantes d’Ezquioga. Paris sera carbonisé, Marseille englouti par la mer.
      La prophétie de Prémol mentionne également l’incendie de Paris et sa destruction par le feu.
      Marie Martel, voyante de Tilly. Oh! Paris. Paris sera châtié et détruit par le feu… Il y aura peu de monde qui restera… Ceux qui resteront ne se reconnaîtront pas… Paris sera détruit par le feu. Le premier coup sera porté sur Paris: des théâtres vont sauter, des victimes vont brûler, le sang va couler. Chute de boules multicolores, il s’agissait du feu du ciel pour Paris et différents autres endroits.
      Catherine Filljung, une Lorraine. Catherine redoutait pour Paris le sort de Jérusalem. Très souvent, autrefois, on l’avait entendu s’écrier : « Paris, seconde Jérusalem par tes crimes, seconde Jérusalem par ton châtiment».
      Après cela, elle voyait «comme le feu du ciel qui tombait». La grande ville était assiégée. Tandis que l’ennemi la pressait du dehors, elle était en proie aux fureurs de la révolution, et à une famine si horrible que les mères dévoraient leurs enfants».
      Les émeutiers saccageaient, incendiaient Paris, principalement les beaux quartiers.
      Après la guerre, Paris perdrait sa primauté; une autre ville, une ville du centre devenait la capitale…»
      “J’ai vu un orage à faire mourir de frayeur. C’est un tonnerre comme jamais on n’en a entendu; il semble tenir toute la terre et gronde sans relâche. Une pluie de feu tombe du ciel, comme quand il neige en grande abondance; et il y a des morceaux de fer de différentes grosseurs, dont certains de la grosseur et de deux fois la longueur d’un chapeau d’homme. Ce feu du ciel embrase les contrées et brûle les malheureux habitants. Les maux seront si grands qu’on se croira à la fin du monde”.
      Ces avertissements concernent bien Paris, car la voyante annonce qu’il faudra quitter Paris pour ne pas être massacré et consumé par les flammes.
      De Berguille. «Que ces ténèbres sont épaisses, ô mon Dieu! Que ce feu est dévorant! Je vois tout consumé. Protégez ces pauvres enfants, ils étouffent au milieu des flammes. Oui, Paris est la plus coupable des villes. Malheureuse cité maudite. Un jour elle sera consumée jusqu’à la dernière pierre.
      Malheur à ces diaboliques sociétés!… Je les vois, les misérables, ils accourent; quel affreux tumulte! Ville ingrate. Ville exécrable, tu veux nous mener aux abîmes».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.